CAP ASR (commentez, n'hésitez pas...)

Jerôme R... Ma première course

Ma première course (Jérôme, alias l’homme sans jambe)

 

Boulay1

Objectif : le Trail Dé-Boulay (avec ce nom, il fallait bien que le CAP soit représenté...)

Nico C nous propose le trail de 15km en mode footing sous le soleil avec 16°C. Aller hop je passe le pas inscription faite le mercredi soir.

Dimanche 15 avril départ de l'église à 7h30 dans la CAP mobile (enfin le Scénic de Nico) avec Magalie, Céline P, Thierry, les 2 Nico (F et C) et moi, direction Le-Boulay. Trente minutes plus tard arrivé sur place, température relevée 8°C avec un plafond très bas (merci météo France...).

Retrait des dossards, petit échauffement, le directeur de course présente le parcours et précise que le terrain est gras voir très gras...

Allez c'est parti, tranquillement sur le 1er kilomètre, sortie du village et premier passage sur terrain meuble ça passe bien, avant de rentrer dans la forêt une fanfare est là pour nous accueillir c'est sympa, Mag et Nico F commencent à accélérer légèrement et se détachent. Premiers passages boueux, voire très boueux, on est obligé de prendre sur les côtés du chemin, ça glisse, ça colle mais c'est cool. Après 3Km, première grosse flaque boueuse, je saute ça passe et là un cri (1ère chute de Céline sans gravité). On continue, ça va le rythme me convient, Thierry accélère légèrement, je le colle, on saute, on enjambe, on glisse, je me retourne, on a fait le trou sur Nico C et Céline, je continu avec Thierry. On est pas mal, on reprend des concurrents, au km 8 après des passages bien collants et des casses pattes, j'ai les cuisses qui commencent à durcir, Thierry relance bien, ça devient plus compliqué pour moi, je le laisse partir petit à petit. Ca y est je suis tout seul, je reprends quelques concurrents, mais commence aussi à me faire doubler. Je sens que les relances se fond plus dures, je m'accroche. Le ravito au km 11, au bout de la ligne droite je vois Thierry, Mag et Nico F, mais juste après, une méchante côte, je marche, je ne les reverrais plus avant la ligne d'arrivée. La fin de parcours, toujours bien boueux, plusieurs passages à gué, des descentes glissantes, je m’accroche à un arbre pour ne pas finir dans le fossé. La flamme rouge, on remonte sur le plateau c'est chouette, avant de redescendre sur Le-Boulay par un chemin en dur, je sens un gars qui revient fort dans la descente, dernière petite côte, et là je lui mets une grosse relance avant la ligne (merci Jeff pour les sprintes en côte le dimanche), je fini en 1h19.

Bilan du CAP : Nico F fini en 1h17, juste devant Thierry (+10") et Mag (+37"; 6ème féminine, BRAVO), Nico C et Céline en 1h23 mais avec 3 chutes et une perte de chaussure dans la boue c'est pas mal...                   

On est bien crado mais on est content, rillons, rillettes, boudins et la petite bière (l'esprit du CAP).

Avant de repartir on attend David qui fait le 30km tranquillement avec un objectif de 3h… et le voilà en 2h32 (9ème, BRAVO champion) assez frais, il a le sourire, c’est une performance de bonne augure  en prévision de ces ultras....

Vivement la prochaine course.

 

Boulay3Boulay2 1

Assemblé Générale 2018

Notre Assemblée Générale 2018 s'est tenue le 13 Avril.

40 membres étaient présents ce qui traduit bien l'attachement de ses membres à notre belle association.. Un énorme merci à tous!!

4 membres supplémentaires ont rejoint le conseil d'administration du CAP pour nous aider à entretenir cet état d'esprit en continuant à animer l'assoc.

 

Img 8106

Les courses ou le CAP sera présent

Chers membres,

voici la liste des courses retenues par le CAP pour être présent dans les prochains mois.

- 18 mars : Fondettes

- 25 mars : Ekiden Ballan

- 22 avril Semblan trail à Semblançay

- 1er mai : les foulées de l’Arche tours nord

- 27 mai : Relais d’Oésie

- 10 juin : trail de la vallée du diable à Nouzilly

- 17 juin : trail du Noble Joué Esvres

- 22 juillet : Panzoult

- 23 septembre : tours

- 6 et 7 octobre : trail des bulles

- 21 octobre : la ville aux dames

- 18 novembre : Even  trail

- 2 décembre : Magistrail à Luynes

- 21 décembre : Corrida S Pierre

- 27 décembre : J-3

Et ci dessous la liste complète des courses 2018.

Courses 2018courses-2018.pdf (751.15 Ko)

TELETHON 2017

Un petit résumé pour un grand événement :

Samedi 9 Décembre…..10h….la tente du CAP se monte place de l’église…rapidement car on est au top sur le montage de tente maintenant….on rubalise….on prépare le parcours……on écarte  les petits obstacles nauséabonds !!

13h45…….tous les bénévoles sont là….une petite trentaine…ça fait plaisir….

Un échauffement en musique et le départ est donné…..

837 km à battre….

D’habitude sur les courses, on râle si y a plusieurs tours à faire….mais la , je ne comprends pas !? …. on a tous envie d’en faire plus….les enfants , les parents, ….les grands parents….on marche, on court ….et personne ne râle (même pas S….) !!

Les dossards partent …et mettent un certain temps avant de revenir…impossible de savoir a combien de km nous en sommes….

Reste à patienter…et à encourager

Une équipe entière d’un de nos sponsors (ETIQROLL) est venue en nombre participer…… très bonne idée : 17 coureurs et marcheurs en rouge…ça se voit !

Quel que soit le résultat, l’esprit du CAP est là « Courir pour se faire plaisir »…..et pour une bonne cause en prime . Je suis certaine que nous sommes tous fiers de transmettre ces valeurs à nos enfants, qui pour certains ont fait plus de tours que leurs parents !!!

C’est parti pour un dernier tour ….on attends les résultats …..

942 km – 117 participants

 soit 8,1 km par personne en moyenne

ou 376 km/h

(943,5 en fait car Paul a oublié de rendre son dossard !)

Et quelques records personnel et collectifs :

  • Jeff : 20 tours – 30 km soutenu pendant 2 heures par Mickey
  • Etiqroll – 17 participants – 168km

L’objectif pour 2018 est tout trouvé……dépasser la barre des 1000 bornes….

Encore un grand merci à tous ….même si on a eu froid aux pieds….on a eu chaud au cœur !

PS : Rudy et Thierry : les bonbons c’étaient pour les enfants normalement !!

 

Céline

 

Img 20171209 wa0010 2Img 7040Img 7056Img 20171209 wa0003Img 7054Img 7048

Sortie annuelle du CAP ASR : WE du 3 au 5 juin 2017

L’eau à la bouche… puis le sourire aux lèvres…

à Saint Palais-sur- Mer

Samedi 3 Juin matin, il pleut sur Rochecorbon…Le pique-nique et les sacs sont néanmoins prêts, le mental aiguisé, le corps affûté, Saint-Palais- sur-Mer nous voilà, les « Capistes Rochecorbonnais » quittent leur fief pour le WE !
Nous sommes 67 au départ de ce petit séjour, dont 53 coureurs (16 à courir 7 kms, 16 sur 14 kms, et 21 enfants sur la distance 1,8 km – de futures graines de champions, comme leurs parents !)
La météo n'étant pas spécialement clémente ce samedi, le convoi de voitures s'échelonne tout au long de la journée au gré des envies de chacun, puis, tous arrivés à destination, vient le temps du retrait des dossards et du rassemblement de notre belle communauté dans un centre de vacances avoisinant réservé pour l'occasion.
Au programme, « pasta party » pour tout le monde au réfectoire, une soirée calme pour se concentrer sur la course du lendemain.


Dimanche 4 juin, la pluie a fait place à un temps idéal pour courir,... et concourir ; du plat, des côtes, un peu de sable, du bitume, quelques chemins, du bord de mer, des embruns,... bref, un peu de tout pour contenter tout le monde ! Et surtout, des mini-supporters au top pour nous encourager !
A l'arrivée, jolies surprises, de très beaux podiums, chez les filles et les enfants, et un défi relevé par notre team : celui du club le plus représenté avec à la clé une généreuse bourriche d'huîtres et deux bouteilles de vin blanc à partager !
Le soleil étant bel et bien revenu, l'après-midi nous a permis de profiter de nos tout premiers moments de plage et de farniente de la saison : repos bien mérité pour tous !
S'en est suivie une belle et longue soirée conviviale entre amis, ainsi qu'un magnifique lundi de Pentecôte, estival avant l'heure avec déjeuner sur la plage en terrasse, entre fous rires et bonne humeur !
C'est ça l'esprit CAP ASR !!!
A l'année prochaine pour de probables nouvelles aventures « palaisiennes » et un challenge du nombre à relever, encore une fois !
Sportivement vôtre !
Elodie R pour le CAP ASR

 

 

10 km de Sainte Maure. Le récit de Cécile

Mes premiers 10 Km sur le plat.

 

Sainte Maure de Touraine, le 3 septembre dernier.

Jeff est parti sur le semi-marathon et je suis au départ de ma course. C’est ma 3ème course. La 1ère a été une 5 Km, à Ambazac (les gendarmes et les voleurs de temps), partie comme une furieuse ça avait été une course difficile. La seconde était une 10 Km (Trail de Panzoult), partie comme une furieuse ça avait été une course pénible.

Je me dis donc qu’il n’est pas question d’à nouveau avoir les jambes coupées au bout d’1 pauvre kilomètre. D’ailleurs je fais le choix de ne pas être devant sur la ligne de départ, comme aux deux premières courses. Car cela m’avait trop vite fait monter l’adrénaline ce qui n’est finalement pas judicieux, en tout cas pour moi.

Le pistolet a retentit, me voilà partie pour 10 Km. Pfff pfff ça monte « quelle galère ». Je me dis que cette fois-ci je vais me la jouer stratège et non bourrin comme les deux autres fois. Cool donc, je dois m’é-co-no-mi-ser. Je me fais doubler bien sûr, mais c’est normal, même si ça a un côté un peu démoralisant, il faut bien l’avouer. La route est dégagée et je vois loin. J’aperçois les premiers filants comme des éclairs à grandes enjambées (17Km/h ! juste ça).

1km/1Km5 : C’est à peu près plat. Je maintiens mon cap.

Nous passons dans un corps de ferme. Le chemin est fait de gros cailloux. Je m’en méfie et ralentis. Au sortir de la ferme il y a le ravito, hop, 2 quartiers d’orange, c’est parfait. Le liquide en courant je n’aime pas. Le solide j’ai peur de la fausse route ! Là, c’est un entre-deux idéal.

Ça remonte légèrement, mais longuement. J’allonge ma foulée, mais sans forcément aller plus vite. J’essaye afin d’économiser mon souffle car c’est ce qui m’est le plus compliqué à gérer quand je cours. Cela semble efficace.

Une longue descente. J’en profite pour récupérer mon souffle, sans pour autant accélérer. Toujours en mode éco.

On doit être à 3Km5/4Km, on entre dans Ste Maure et revoilà une fichue montée. Purée, celle là elle est dure. Je ressens de la fatigue et mon souffle est court. La montée est longue. Je la trouve même tréééééés longue. Mais j’approche des 5 Km et je veux à tout prix améliorer ma perf qui est de 29 mn.

2ème ravito : je le laisse, j’ai autre chose à faire.

5 Km : 26mn27Scde !!!!! Voilààààà ! Ça ça me donne des ailes.

De nouveau la montée du départ (2 boucles de 5 Km). Je reprends mes grandes foulées pour économiser mon souffle. Vraiment efficace ce truc. L’avantage de refaire le chemin déjà parcouru, c’est que l’on sait où l’on peut se donner et où l’on doit s’économiser. Je sais qu’après cette côte, j’ai pas mal de plat, je peux donc forcer un peu.

Sur le plat j’accélère. Le corps de ferme, je ralentis. Le ravito, 2 quartiers d’orange. La montée, je pousse sur mes grandes foulées. La descente, je reprends mon souffle en essayant de garder mes grandes foulées. Une femme me dépasse, je m’accroche à elle. Une autre me talonne. Elle souffle très fort, à tel point que j’ai l’impression qu’elle va calancher. Cela m’impressionne, puis cela me saoul. Ça me met presque en colère. Du coup je refuse qu’elle me double. Mais la vilaine dernière montée arrive. Je tiens un moment, mais mon souffle est court, je cède en me disant que j’accélérerai en haut de la côte, juste avant l’arrivée. Je talonne donc la femme au souffle moribond. Tel le pitbull je m’accroche.  Voilà la dernière ligne droite, j’accélère, je sprint et je la double.

Nan mais !

                                                                                                                      Cécile en 53’14’’, 7ème M1F, 16ème/46 F

 

1er homme en 00:34:13

1ère femme en 00:43:05

 

PS : Je voulais faire la 5 Km. Jeff m’a dit, maaaiis non tu peux faire la 10 !!

        Si j’avais fait la 5 Km, j’aurais fini 3ème de ma catégorie puisque celle-ci a fait 26’46’’ Grrrrrrrr

INSCRIPTION SAISON 2017 / 2018

C'est la rentrée,  rejoignez le CAP ASR et sa bonne humeur.

Afin de préparer au mieux la rentrée sportive et de faciliter votre réinscription le CAP ASR se modernise, l'inscription 2017/2018 se fait par internet.

Le CAP ASR a choisi un site sérieux (filiale de la BPCE)  et utilisé par plus de 2000 associations pour cette rentrée.

 

Accédez à l'inscription sur le lien ICI  :

 

(Le paiement en ligne se fait avec sécurisation par code SMS)

Attention vous devez être muni d'un scan de certificat médical, d'une photo  (pas nécessairement format officiel identité) pour vous inscrire.

 

Vous pouvez également venir vous inscrire  lors du Forum des Associations qui aura lieu le Samedi 9 septembre de 10h00 à 16h00 à la Salle des Fêtes de Rochecorbon.

 

 

RELAIS d'OESIE

 

Photo oesie

De notre envoyé très spécial au relais d'OESIE : 

Vous trouverez ci joint son reportage photo très complet, ça vaut le détour

Le festival de canes relais d oesie 2018le-festival-de-canes-relais-d-oesie-2018.pdf

 

Merci Pierre 

CARNAVAL: La clique des pêcheurs 2

Bon nombre de membres du CAP  ont participé à ce nouveau carnaval. Le membres du CAP et leurs amis ou famille présents formaient la clique des pêcheurs cette année. Le CAP organisait un stand de pêche pour les enfants présents au carnaval cette année. Ce fut au cours de notre animation de pêche que la plus grosse averse de la journée tomba sur le Carnaval. Mais cela n'empêchait pas les pêcheurs en herbe de lancer leurs hameçons sur  les poissons en chocolat que nous leur proposions 

Le discours d'ouverture de notre station :

Oye Oye  Gentes Dames, Gentils Damoiseaux

Nous pécheurs et pècheresses devant l’éternel

Accueillons avec joie autour de notre point d’eau

Pour transmission de notre savoir les petites demoiselles

Et damoiseaux.

 

Il ne sert à rien de faire de votre mieux

Il suffit de faire le nécessaire

Car nous ne voulons pas, pour un avenir heureux

Etre pollués de tout ce gras qui bouche les artères

 

N’écoutez pas tous ces cochons

Concentrez-vous sur vos bouchons

Et sachez surtout que dans le poisson

Vous ne trouverez que du bon

 

Et lorsque vous saurez pécher le poisson de Loire

Les jours sans vent, sans houle

Nous vous emmènerons au pays de Loire

A la pêche aux moules moules moules

 

Il vous faut en ce jour et avant cela

 Que la stratégie soit belle ou pas

Seul compte le résultat

Pécher ces fritures en chocolat

 

Alors à vos cannes à pêches les zouzous

Attrapez ces poissons

Puis régalez vous

Et n’oubliez pas, fuyez le cochon.

 

 

Carnaval clic des pecheurs

 

 

Footing du samedi

Les footings du samedi attirent de plus en plus de nos membres. Les plus expérimentés sont également présents de plus en pus nombreux pour transmettre leur précieuse expériences aux débutants de cette année ou de l'an passé.  Encore un grand merci à Michael et Rudy, les coachs appréciés du samedi.

 

Samedi 1er avril 1Samedi 1er avril 5Samedi 1er avril 4Samedi 1er avril 3Samedi 1er avril 2

CARNAVAL: La clique des pêcheurs

Vous l'avez vu, notre village se transforme depuis quelque jours en petit "port de pêche" et nos commerçants ont été rebaptisés ...Voilà qui annonce le retour du Carnaval organisée par la CRUE : 

 

  • le vendredi 31 mars à compter de 18H00 à l'observaloire pour la capture du Brimbault 
  • le samedi 01 avril à 15H00 place de la mairie pour déambulation dans le village.

 

Thème du Carnaval : la rumeur, le mensonge...Cochon d'avril!

 

Décors : les cliques, traditionnellement représentées par les Gorets (amis du Brimbault), les gardes (défenseurs des Rochecorbonnais). Cette année, il y aura également la clique des poissons et écrevisses. De notre côté, pour tous ceux qui le souhaitent (adhérent CAP ou pas), nous créons une clique de pêcheurs.

 

Notre déguisement.

Avec le nombre que nous sommes et nos enfants, il y a des chances que nous formions la plus grosse clique. Il est important de nous repérer. Nous avons donc décidé de laisser à chacun la liberté de se déguiser en PECHEUR (vareuse, tshirt marin, bob, salopette, bottes, ciré...). Un seul accessoire commun à tous : une canne à pêche ou épuisette (pour les plus petits).

Vous trouverez des bambous dans le village pour en fabriquer. 

Dans les épuisettes, mettre bonbons ou confettis...Pour les cannes à pêche, apposer un hameçon (crochet maison) car une pêche à la ligne sera organisée pour les enfants.

Pour les grands, ce serait rigolo de mettre de vrais poissons type hareng, sardine ou ver de terre au bout de nos lignes...place à votre imagination.

Déguisement pour le 01 avril (pas d'obligation pour le vendredi 31 mars).

Mickaël (notre président) et la commission évènementiel se tiennent à votre disposition pour toutes précisions.

 

Sophie pour la commission évènementiel.

Le CAP dans la NR

ARTICLE de la NR : 

L'Ekiden, marathon collectif et festif

27/03/2017 05:35

 

Beaucoup d'ambiance également du côté des spectateurs et des supporters !

  Le JR 37 haut la main

Avec les 10 et 20 km de Tours, l'Ekiden est vraiment l'autre fête de la course à pied en Touraine. Hier, il suffisait de voir la sympathique effervescence qui régnait sur le city stade servant de village Ekiden et zone de passage des relais. La configuration de l'épreuve avec 6 coéquipiers se relayant sur 5, 10, 5, 10, 5 et 7, 195 km et les différents challenges mis en place par les organisateurs, ont permis aux coureurs de tous niveaux de vivre une belle expérience.

Les associations très représentées

L'Ekiden est ainsi une autre façon de vivre le marathon, chacun à sa manière, avec des objectifs sportifs et/ou festifs. Sur ce dernier point, mention spéciale à la bande de copains de l'équipe du quartier des Prés Ballan. Déguisés, ils ont profité de l'Ekiden pour enterrer la vie de garçon de Thibault : « On a passé la nuit en discothèque et je n'étais même pas au courant que je courrais l'Ekiden ce matin ! » 
Les associations ont beaucoup joué le jeu également avec une cinquantaine de formations au départ. Associations de course à pied ou constituées pour l'épreuve, c'est sans doute ce challenge qui créé l'enthousiasme des participants. Fabrice, du CAP AS Rochecorbon, qui a réalisé un honnête 38'46 sur son 10 km, témoignait de la motivation au sein de son association : « Nous avons aligné trois équipes assez équilibrées et pendant la course, nous étions au coude à coude, c'était très sympa ». 
L'ASR, une jeune association, qui peut se vanter d'avoir fédéré 90 adhérents en 6 ans d'existence autour de la passion de la course à pied. Les entreprises se sont bien mobilisées aussi avec également une cinquantaine d'engagées. Banques, administrations, mutuelles, établissements scolaires, etc...ont participé à cette épreuve collective qui fédère. 
A noter la participation de la ville de Ballan-Miré avec deux équipes engagées. N'oublions pas le challenge « uniforme » remporté par le 12e BSMAT en 2 h 41'36 devant l'équipe de la Gendarmerie 37, qui n'a pas cherché à respecter les limites de vitesse en courant hier. Enfin, un petit florilège sur le nom des équipes participantes, qui ajoute au caractère bon enfant de l'épreuve : on aura vu évoluer les biens nommés Eki Pied, les Cerveaux Lents, les Mals Préparés, Escarre Go ou encore Objectif 3 h 25… qui ont finalement réalisé 3 h 27'29 !

 

L'article en lien ici: 

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Sport/Courses-a-Pied/Courses-a-pied/n/Contenus/Articles/2017/03/27/L-Ekiden-marathon-collectif-et-festif-3047088

EKIDEN 2017

Ce fut une course pleine de suspens entre les 3 équipes de 6 Capistes engagés. Et c'est au bout du suspens, après 3h11 de course qu'une équipe du CAP a fini par s'imposer aux 2 autres de quelques secondes... Incroyablement serré.

Que de belles émotions pour tous les participants du CAP et leurs accompagnateurs. Un merci tout particulier au mini CAP qui a donné de la voie tout le long de la course pour encourager ses ainés.... Merci le CAP pour ces émotions

 

Les résultats complets en lien ici

P3260125

P3260120

3260118

 

Récit de mon ULTRA MARIN par Jeff

Apres l’organisation logistique, les repas, la route, et la halte à Angers pour laisser mon fils chez mon père, je n’avais pas trop de temps pour retirer le dossard. Bien évidemment le parking des coureurs était plein, il a donc fallu se garer bien plus loin. Arrivé juste 10 min sur la ligne avant le départ, donc pas le temps de stresser.

 Je ne me rends pas bien compte où je m’embarque (c’est mieux ainsi). Le speaker, me fait monter la pression, un cliché solo avant le départ, et oui pas d’ami sur place. La musique se met en route à fond, ouahh. L’émotion m’envahi, les larmes se forment. Je suis tellement heureux d’être là, et bien entendu je pense à maman qui doit être fier de moi. Petit passage sur la ligne de départ en trottinant, puis 800 m dans les rues piétonnes de Vannes, pour un retour sur la ligne de départ qui lance le vrai départ. Je suis bien, je souris, rigole, j’en profite ça risque de ne pas durer.

Le temps est tout simplement excellent, le soleil, la mer, les odeurs de l’océan, tout y est. Passage au conleau (je connais c’est une partie du marathon de vannes).

 

20 kms : premier ravito, gouda, jambon, trop bon. J’ai pas faim, mais faut ménager la bête. Quelques clichés avec la goPro, ça ne va pas être simple de s'en servir. Sentiers côtiers super jolis, un peu de sable. Passage avant Lamor baden, il est temps que je passe, il reste 10 cm entre le ponton et la mer, les derniers auront les pieds dans l’eau. Arrivée à Lamor , fest noz sur bord de mer, trop la fête ;-). Eau pétillante cul sec (je suis un fou, moi). La nuit commence doucement à tomber avec toujours un temps magnifique. Les amateurs de paddle applaudissent, j’ai compris ils ont reconnu le coureur du CAP :-D.

La nuit est tombée, la flemme de sortir la petzle, je suis un concurrent de près. Arrivée au Bono, 22h environ. Equipement pour la nuit (coupe-vent, frontale,) et repas chaud (coquillette, jambon). Maintenant je commence a avoir froid, il est temps de repartir, de toute manière y a plus de soupe.

C’est parti pour la nuit, départ en marche rapide. Echange de conversation avec des concurrents, on est bien, tranquille pas de vent, pas de pluie, nuit étoilée (sms a fabrice ; -)). Parcours avec une inconnue de Dijon qui a abandonné au 130 kms l’année dernière. Elle marche vite, bien plus que moi. Je reviens fréquemment sur elle en courant à mon rythme. Passage dans Auray, jolie ville même de nuit. Je sens quelques échauffements aux pieds, par manque de clarté j’envisage de me protéger à Crac’h. La nuit commence à être longue. Je ferme les yeux  par alternance sur les portions plates pendant trois/quatre foulées, j’ai l’impression que cela me repose. Je sens la formation de deux ampoules sur les deux pieds sous la voute plantaire :-/. La nuit est passée assez vite, j’arrive a crac’h. Les ampoules sont bien avancées, je mets des compeeds en place, mais me dit qu’il est peut-être un peu tard. Le peu de temps d’arrêt pour le ravito rend déjà difficile le départ. Départ en marchand et course lente. Je commence à souffrir un peu du haut de la cheville droite comme un cisaillement. Le soleil bas son plein, il fait même un peu chaud, on range le coupe-vent, je m’hydrate beaucoup pour ne pas faire les même erreurs que sur marathon. L’arrivée à Locmariaquer se fait attendre, je boite de plus en plus pour épargner mes ampoules.

 L’arrivée à 9h40 sur l’embarcadère se fait en marche rapide, je souffre un peu, j’ai chaud. Je vois rapidement un secouriste, il me passe de la pommade sur ma cheville, rien de bien inquiétant pour lui. il fait froid en plein vent sur le zodiac, mais c’est bon de se poser au 87 kms, j’apprécie la mer, le décor, un cliché. Mes collègues de course plaisantent sur le bateau, moins un peu moins forcément. La sortie du bateau est douloureuse. C’est reparti pour la seconde partie, le soleil est au zénith. Dans 6 kms Arzon, avec un gros poste de ravito. Arrivée à Arzon, je souffre pas mal et consulte les podologues et kiné. Une ampoule est percée  à l’éosine, ça calme.

La seconde est laissée avec le compeed de peur d’enlever la peau. Le kiné me masse la cheville ne sachant pas ce que j’ai, et les lombaires qui font un peu souffrir, mais cela je le gère bien. Je ne prends pas de douche, me change seulement, tee shirt, chaussures, et prend une soupe. Je me sens quand même un peu attaqué dû aux douleurs. Je repars doucement marchant, puis trottinant. Je commence à comprendre que ça va pas être facile l’affaire. L’alternance des escaliers de bord de mer, ne m’aide pas bien, je suis bien heureux d’avoir pris mes bâtons. Je cours par alternance sur le plat malgré les douleurs. Mon parcours aura été agrémenté par un concurrent qui vient de Cholet avec qui j’ai fait un bon bout de chemin. Plus ça va et plus je me dis que je ne sais pas si je vais pouvoir finir, la souffrance et la fatigue sont bien présentes. J’ai cru me perdre et avoir perdue ma direction, dégouté s’il faut revenir sur mes pas. Je vois mon collègue de Cholet, il me dit que c’est bien par là. Je suis passé devant lui (il soignait quelqu’un) sans le voir, je commence à perdre de la lucidité. J’ai hâte d’être à Sarzeau.

Arrivé à Sarzeau à environ 19h, je ne sais plus. Je regarde mon collègue, je lui fais comprendre à travers mon regard que la fin est proche. Je vois les kinés, j’arrive à obtenir du voltarène et doliprane  par une concurrente sympa. Je me fais strapper  le genou qui me fait souffrir atrocement, la cheville aussi, les ampoules ça va un peu mieux. Les bénévoles sont super gentils, et m’apportent mon repas à table, je n’ai pas très faim, je suis très inquiet,  monter sur la table du kiné revient à gravir l’Everest. Je mange tout de même un peu, prend de l’eau gazeuse, ça me fait du bien ; la femme d’un concurrent avec qui j’avais blagué la nuit d’avant se souvient de moi, ça fait plaisir je me sens moins seul, elle me réconforte. Les sms vont bon train, je commence à dire que je ne sais pas si je peux repartir. Je me lève, la douleur est atroce sur le genou arrière 8.5/10. Le vétéran de l’étape 85 ans vient d’arriver, tout le monde applaudis dans le gymnase, il abandonne.

Je me décide à repartir en marchant doucement dans le gymnase, je sors, l’émotion m’envahit, je pleure comme un enfant par la douleur. L’envie de ne pas abandonner et l’orgueil me décide à sortir  mon MP3 pour la 1 ère fois en me disant que cela me fera du bien. Je marche en boitant, la portion est très roulante, voir trop pour les puristes. Pour ma part et vu mon état cela me convient. Je m’imagine à visualiser mon arrivée sur la ligne et me dit que si je veux y arriver, je ne dois plus m’arrêter longtemps et y aller doucement (trop douloureux). La douleur s’atténue avec les médicaments, mais je sais que cela n’est qu’éphémère. La nuit retombe de nouveau, ma veste me réchauffe, j’admire le bord de mer pour mes derniers instants. Je sens que l’abandon fait petit  à petit son chemin dans mon esprit ? Chose que je n’aurais jamais pensé. Malgré vos encouragements par sms, la douleur revient, je marche à peine  à 4 km/h, la bête s’éteint doucement. Je pleurs et suis tellement déçu, de ne pas pouvoir vaincre le golfe.

Il est environ 22 h, la nuit tombe, le moral est bas, je me dis de continuer au prochain point de contrôle et là on verra. Arrivée a l’entrée de St Armel, la douleur est telle que je n’en puis plus, il reste 46 kms environ, une folie dans cet état, de plus de nuit.

Je me décide d’appeler le Pc médical, c’est fini pour moi, trop de douleurs, et plus de plaisir. Je suis anéanti au fond de moi, de ne pas honorer ce que je m’étais promis (en mémoire de ma maman).

J’ai appris des quelques erreurs que j’ai pu faire, et que cette expérience m’aidera à revenir honorer ma promesse. La frustration est que physiquement  j’étais présent, j’avais encore des armes pour me battre, si les blessures n’avaient pas été là. Il y a une certitude c’est que le corps humain a des ressources que l’on ignore souvent. Tout ceci permet de connaître et trouver ses limites, et ceci m’aura rendu plus fort dans le corps et surtout dans la tête. Il y en aura d’autre c’est une certitude.

 

PS : je n’ai su que 3 semaines après que c’était la dernière fois que je voyais mon père en ce monde  :’(

 

Le retour sur l’ultra marin sera gagnant la prochaine fois pour honorer ma promesse…

 

2017 : programme : 58 kms au trail des gendarmes et des voleurs à AMBAZAC

                                    65 kms pour la 6000D à la plagne.

Kénavo les turons

120 km2

3 1

s environ, all is good, promenade de santé J

45

Lamor Baden, 1er gros ravitaillement                                                                          Traversée du golf a Locmaraquier le samedi  à 10h

67

La souffrance est bien réelle et présente :                                                              Quelques minutes avant mon abandon, a bout de force

Samedi 16 heures                                                                                                          Samedi 21h30 heures

 

8

Les jambes au réveil, je vous épargne la nuit horrible que j’ai passée L

Les vœux de la Mairie au CAP

Img 4275

 

Img 4276

 

Img 4277

×